From abolitions.net

Main: Heritage

Héritage

Comment serait un monde où nul n’hériterait?


Réalités (passé et présent)

Les adamites refusaient l’héritage.

Afin de mettre fin à la transmissibilité par les prêtres des églises et de leurs richesses, l’église catholique institua au XIe siècle le célibat des prêtres, leur interdisant ainsi d’avoir des héritiers.

Au moment de leur décès, on munit les Alakalufs du nécessaire pour l’au-delà, et on brûle leurs biens pour leur barrer la route du retour.

Dans la tradition tzigane, lorsque un membre de la communauté meurt, on brule sa caravane avec ses biens a l’intérieur.1

 

1 Patrick Williams, Titre, date (↑)

Pour ajouter un exemple de société sans transmission d’héritage, cliquez sur l’onglet «modifier».

Mythes, théories et fictions

Selon les saint-simoniens, l’héritage génère une classe d’oisifs et de parasites. Ils préconisent donc de le supprimer et de faire de l’Etat le seul héritier (lire la citation de Durkheim).

Lors du Congrès de Bâle en 1869, Bakounine proposa la suppression de l’héritage (lire la citation). Marx, quant à lui, considérait cette suppression impossible sans celle de la propriété privée.

Pour ajouter une référence littéraire, scientifique, politique, etc. cliquez sur l’onglet «modifier».

Contributions libres

Pour décrire ce que serait selon vous un monde sans transmission d’héritage, cliquez ici.

Bibliographie

Pour ajouter une référence, cliquez sur l’onglet «modifier».

Récupéré sur http://abolitions.net/abolitions/index.php?n=Main.Heritage
Page mise à jour le 28 juin 2013 à 09h50